Les 5 questions essentielles (pour un monde meilleur) 1 commentaire


Parmi les discours qui m’ont marquée, il y a bien sur ceux de J.K.Rowling et de Steve Jobs, partagés sur ce blog.

Pourquoi ? Parce que ces discours sont toujours un délicieux mélange d’humour, d’intelligence, d’humilité et d’inspiration. Et que ça fait du bien !

(je peux rajouter dans la liste Barack Obama, Michele Obama, Ken Robinson.. :))

Il y a maintenant celui de Dean Ryan, de Harvard. Lors de son « graduation speech » de mai 2016, il rappelle aux étudiants de se poser 5 questions essentielles, pour donner du sens à notre vie :

1.) « Attends, quoi ? »

2.) « Je me demande… ? » (pourquoi/si)

3.) « Ne pourrions-nous pas, au moins… ? »

4.) « Comment puis-je aider ? »

5.) « Qu’est-ce qui compte réellement ? »

+ Question bonus : « Et as-tu obtenu ce que tu souhaitais dans cette vie, malgré tout ? »

J’ai fait une traduction (non littérale comme d’habitude, mais au + proche) de la 1/2 fin de son discours. J’ai laissé certains passages en anglais, parce que ça me prend trop de temps de tout traduire mais que ce qu’il dit est tout de même très intéressant ! Vous pouvez activer les sous-titres automatiques sur la vidéo, sauf si vous êtes sous Mac comme moi et qu’ils sont trop petits pour être lisibles :/

L’essentiel est à la fin du discours, donc prenez le temps de lire même si ça paraît long 😉

capture-decran-2017-01-04-a-11-45-16

(lien de l’image vers la page d’Harvard, sinon lien youtube par ici)

« Vous êtes surement inquiet à propos du monde dans lequel vous allez ré-entrer. Et je suis là pour vous dire : ce n’est pas une mauvaise idée. (puis-je avoir des applaudissements pour ça ?)

In all seriousness, disparities and injustices based on income, wealth and race continue to weaken the fabric of our world, our nation and of our communities. Intolerance and authoritarianism appear, by some measures, on the rise both at home and abroad. Our world seems to be getting hotter and less hospitable, both politically and environmentally, though it was truly heartening to learn that, as of this year, the lovable manatee is no longer an endangered species. Redemption, it seems, is still possible.

By coming to HGSE, you have signaled that your response to societal inequities and injustices is through education. I’m surely biased, but I applaud your choice, as I am convinced that education is the only long-term solution to these long-term problems. For that reason, I believe that you are the luckiest graduates in the entire university, because you are going to work in education, and there is no higher calling, no more rewarding or meaningful field in which to work. I hope and trust you feel prepared and inspired for the tasks that lie ahead. I have seen your passion, your commitment to social justice, and your enormous talents on display all year, and while I am sad to bid you farewell, I take solace in knowing that you are leaving here to make the world a better place.

(…)

La 1ère suggestion que je veux vous faire est que vous cultiviez l’art de poser les bonnes questions

With your newly minted Harvard degree, you might think you are now expected to have all of the answers, and others might think the same, including especially those family members who financially contributed to your education here. More broadly, it’s obvious that we live in a world where people both want instant answers and are ready to offer answers (and judgments) at a moment’s notice. Indeed, this tendency defines too much of our public discourse, which is disturbingly shallow for just this reason.

Je vous exhorte à résister à la tentation d’avoir des réponses toutes prêtes et de passer + de temps à penser aux bonnes questions à poser. La vérité est qu’une réponse ne peut pas être meilleure que la question posée. 

The scene was Charlottesville, Virginia, 1990, at a UVA law school dance. I had finally mustered the courage to introduce myself Katie Homer, a fellow law student on whom I had a crush.  But I made two mistakes. First, I decided to introduce myself while Katie was dancing with someone else. (Please don’t ask me why, though that would be a good question). The second and more important mistake is that I lost my nerve at the last minute, and instead of introducing myself to Katie, I introduced myself to her dance partner, whom I’ll call Norman: I asked, quite loudly so I could be heard over the music: “Are you Norman Huckelby, by any chance? I ask because I think we’re in civil procedure class together and I’ve really admired your contributions to class discussion.” (All I can say is please don’t judge me.)  In any event, Norman cheerfully answered: “I sure am, and thanks!”

Now, given the question I asked, that was a perfectly appropriate answer. But it was still the wrong answer. The right answer was “I’m Katie Homer, it’s so nice to meet you, and yes, I actually would like to marry you.” But without asking the right question, I couldn’t hope to get the right answer. Luckily for me, Katie understood the real question I was trying to ask, which may explain why we are married today, rather than Norman and I. Raises another point.

« Poser les bonnes questions est + dur que ça ne le semble (…). C’est difficile car poser les bonnes questions requiert que vous regardiez au-delà des réponses faciles et que vous vous concentriez à la place sur le difficile, le mystérieux, le bizarre et même parfois le douloureux. Mais vous et ceux qui vous écoutent sortiront + riches de cet effort, autant dans votre vie professionnelle que dans votre vie personnelle.

For those who will be teachers, for example, you know that well-posed questions make knowledge come to life and create the spark that lights the flame of curiosity. And there is no greater gift to bestow on students than the gift of curiosity. For those who will be leaders, which is to say all of you, don’t worry about having all the answers. Great leaders don’t have all the answers, but they know how to ask the right questions — questions that force others and themselves to move past old and tired answers, questions that open up possibilities that, before the question, went unseen.

For those of you who will be researchers and innovators, remember this observation of Jonas Salk, who discovered and developed the vaccine for polio: “What people think of as the moment of discovery,” he observed, “is really the discovery of the question.” It takes time and work to discover the question. Einstein famously said that if he had an hour to solve a problem, and his life depended on it, he would spend the first 55 minutes determining the proper question to ask.

Poser les questions sera tout aussi gratifiant dans votre vie personnelle. Les bons amis, comme vous le savez, posent les bonnes questions, comme le font les bons parents. Ils posent les questions qui montrent combien ils vous connaissent et combien ils tiennent à vous. Ils vous posent les questions qui vous font marquer une pause, qui vous font penser, qui demandent l’honnêteté, et qui invite à une plus grande connexion. Je pense que poser des questions est un art à cultiver.

{Ci-dessus, il énonce qu’il y a des bonnes questions et des mauvaises questions, et qu’il est important de savoir les différencier. Il raconte pour cela 2 anecdotes montrant que ces 2 types de questions sont souvent désagréables au 1er regard mais que l’on peut les différencier en étant dans l’écoute attentive et l’observation : l’une est en fait une bonne question, mais posée maladroitement, souvent dictée par l’ignorance de la personne qui la pose, et l’autre est en fait une fausse question, affirmation clairement agressive et souvent une insulte déguisée}

Stressing the importance of asking good questions implies that there are bad questions, which brings me to my second suggestion. It is a cliché to say that there is no such thing as a bad question. That is actually false, but only partially so. There are plenty of questions that are bad at first glance — as in “are you Norman Huckelby?” Whether these questions remain bad, however, often depends on the listener. And the suggestion I want to make is that you, as listeners, have within you the power to turn most bad questions into good ones, provided that you listen carefully and generously.

To be sure, you will come across some questions that are beyond repair, but many that seem bad at first glance are actually good questions, or at least innocent ones that are dressed in awkward clothing. To help you see this, I’d like to give you a short quiz, or, as they say today, a formative assessment. I will tell two stories, both true, and your task is to identify what’s different about them.

Shortly after I arrived on the Yale campus as a college freshman, I struck up a conversation with a female classmate. (Yale is important to the next story, by the way, and not just my way of trying to slip that into my talk. It’s not like gratuitously saying “Boola boola.” Boola-boola.) In any event, it was a lively and easy conversation, and after about 20 minutes, my classmate paused and said: “Can I ask you a question?” And I thought to myself: “This is incredible! Two days into college, and I’m about to be asked out on a date!”

Now, before I tell you the question she actually asked, I should tell you that at this point in my life I was roughly five feet, three inches tall — a good six inches shorter than the hulking 5 foot 9 inch frame that stands before you today. Perhaps more relevant, puberty was, to me, still a hypothetical concept.  In short, so to speak, I looked like I was about 12 or 13 years old. So back to the question. My hoped for date said, “um, I’m not sure how best to ask this, but are you one of those, you know, child prodigies?”

Funny for you, maybe.

Now, contrast that to a question my mother was asked, about two months after my child prodigy conversation. I grew up in a tiny town in northern New Jersey called Midland Park; it was a blue-collar town, filled with plumbers, electricians, and landscapers. It was surrounded by wealthier suburbs, whose homeowners employed the plumbers, electricians and landscapers from Midland Park. Our grocery store, the A&P, was on the border of Midland Park and a wealthy neighboring town. As my mother was putting groceries in her car, a particularly well-coiffed woman came over and asked my mom if she was from Midland Park. After my mom told her yes, the woman pointed to the Yale sticker on the back windshield of my parent’s car. And she asked: “I don’t mean to pry but I’m just so curious: was that Yale sticker on the car when you bought it?”

You see the difference between the two questions, right? The first one was innocent, which I ultimately recognized once I got over feeling embarrassed and finally hit puberty just a few, agonizingly long, years later. The second question was hostile — it wasn’t even a question, really. It was an insult.

Vous allez devoir faire face, si ce n’est pas déjà fait, à certains questions hostiles dans votre vie – de la part d’étrangers, de collègues, de patrons, de parents, d’étudiants…. Le truc est de distinguer les questions hostiles des questions sincères mais maladroites, parce que la question maladroite pourrait venir de quelqu’un qui souhaite en fait mieux vous connaître ou qui est motivé par un mélange d’anxiété et d’ignorance. Et les mauvaises questions ne sont en fait pas des questions : ce sont des déclarations destinées à être humiliantes ou conçues pour vous coincer, et qui sont déguisées en question. Faites attention à celles-ci, dénoncez-les ou ignorez-les en fonction de la situation, mais laissez votre coeur, vos oreilles et votre esprit ouverts à toutes les autres. 

Ma dernière suggestion est qu’il y a 5 questions vraiment essentielles que vous devriez vous posez à vous-même ainsi qu’aux autres. Si vous prenez l’habitude de poser ces questions, vous avez de bonnes chances d’être heureux et d’avoir du succès dans ce que vous entreprendrez, et vous serez + à même de répondre « oui », à la question bonus finale.

1

– La 1ère question est celle que mes enfants adorent poser (…). La question est « Attends, quoi ? ». Mes enfants la posent quand arrive le moment dans une conversation où je leur demande de faire quelque chose. De leur point de vue, ils m’entendent dire quelque chose comme : « blablabla et maintenant j’aimerais que vous rangiez votre chambre ». A ce moment, la question arrive inévitablement : « Attends, quoi ? Ranger quoi ? »

« Attends, quoi ? » est actuellement un bon moyen de demander une clarification, ce qui est crucial pour la compréhension. C’est la question que vous devriez poser avant de poser des conclusions ou de prendre une décision. (…) C’est important de comprendre une idée avant de la défendre ou de vous battre contre. Le « attends », qui précède le « quoi », est aussi un bonne façon de ralentir pour être sur d’avoir bien compris.

2

– La 2nde question est le « Je me demande », qui peut être suivie de « pourquoi », ou « si ». Demander « je me demande pourquoi » est le moyen de rester curieux sur le monde, et demander « je me demande si » est le moyen de commencer à se demander comment vous pouvez améliorer ce monde. Ainsi, je me demande pourquoi nos écoles sont si inégales et je me demande si je peux changer ça ? Ou bien je me demande pourquoi les étudiants semblent si souvent s’ennuyer à l’école, et je me demande si nous pourrions créer des cours plus intéressants ?

3

– La 3ème question est : « Ne pourrions pas, au moins…? ». C’est la question à poser qui va vous permettre de vous décoincer. Ce qui va vous permettre de dépasser les difficultés de certains consensus, comme par exemple : « ne pourrions pas au moins être d’accord sur le fait que nous tenons à la santé des étudiants, même si nous ne sommes pas d’accord sur la stratégie à mettre en place ? ». C’est aussi le moyen de démarrer même quand vous n’êtes pas sur de pouvoir finir, comme dans « ne pourrions-nous pas au moins commencer en étant surs que tous les enfants aient la chance de venir à l’école bien nourris et en bonne santé ? »

4

– La 4ème question est : « Comment puis-je aider ? ». Vous êtes à Harvard, je présume, parce qu’aider les autres vous intéresse. Mais vous savez aussi, depuis que vous êtes ici, que vous devez faire attention au Complexe du sauveur, l’expert ou le héros qui saute pour sauver les autres. Nous ne devons pas laisser le piège du Complexe du sauveur éteindre un des instincts les + humains : l’instinct de tendre la main. Car comment nous aidons compte autant que le fait d’aider, et si vous demandez « comment » vous pouvez aider, vous demandez, avec humilité, une direction à cette aide. Et vous reconnaissez que les autres sont les experts de leur propre vie et qu’ils peuvent vous aider tout autant que vous pouvez les aider.

5

– La 5ème question est : « Qu’est-ce qui compte vraiment ? ». Vous pouvez y rajouter « pour moi ». C’est la question qui vous force à aller au vrai coeur des enjeux et au coeur de vos propres croyances et convictions. En effet, c’est une question que vous pouvez ajouter, ou substituer, à vos résolutions du Nouvel An. Vous devez vous demander, chaque nouvelle année : « qu’est-ce qui compte vraiment pour moi ? »

Voilà donc les 5 questions essentielles.

1- « Attends, quoi ? » est aux racines de toute compréhension

2- « Je me demande… ? » est au coeur de toute curiosité

3- « Ne pourrions pas au moins… ? » est au commencement de tout progrès

4- « Comment puis-je aider ? » est à la base de toute bonne relation

5- « Qu’est-ce qui compte réellement ? » vous amène au coeur de votre vie

Si vous vous posez ces questions régulièrement, spécialement la dernière, vous serez en bonne position pour répondre à la question bonus qui est la question la + importante à laquelle vous devrez faire face. 

La question bonus se pose de tant de façons différentes que vous en avez surement entendu une version auparavant. Pour moi, la meilleure façon de la poser vient d’un poème de Raymond Carver appelé « Later fragments » (…) 

Bonus

6- « Et as-tu obtenu ce que tu souhaitais de la vie, malgré tout ? » (“And did you get what you wanted out of life, even so?”)

Le « malgré tout », pour moi, capte parfaitement la reconnaissance de la douleur et de la déception qui remplissent inévitablement une vie bien remplie, mais également l’espoir que cette vie, malgré tout, offre une possibilité de joie et de contentement.

Mon but est que vous vous posiez régulièrement ces 5 questions, et que, quand le moment viendra, vous puissiez répondre « oui », à la question bonus.

Le poème continue par : « Oui / Et qu’est-ce que tu veux ? /  Me dire aimé {« beloved »} / Me sentir aimé sur cette terre »

Le mot « aimé » est important ici, car il ne veut pas seulement dire « aimé d’amour », mais surtout « chéri » et « respecté ». Et laissez-moi vous dire que lorsque je lis ces lignes, je ne peux pas m’empêcher de penser aux étudiants. Nous passons beaucoup de temps, ici et ailleurs, à penser comment nous pourrions améliorer les performances des étudiants, ce qui doit se faire. Mais je ne peux pas m’empêcher de penser que ces écoles et, évidemment, le monde, seraient de meilleurs endroits si les étudiants ne faisaient pas que « performer » mais se sentaient également aimés, aimés par leurs professeurs et par leurs camarades de classe. 

Pour finir : alors que vous allez faire votre entrée dans un monde qui a désespérément besoin de vous, laissez-moi vous dire mon espoir sincère et ma foi que si vous ne cessez jamais de questionner et d’écouter les bonnes questions, vous vous sentirez aimés sur cette terre et vous aiderez les autres, spécialement les étudiants, à ressentir la même chose.

FIN

***

Voilà, j’espère que ce discours vous aura touché autant qu’il m’a touché moi. Il m’a même, pour tout dire, redonné courage pour me lancer dans un nouveau projet… d’école ^-^

(à venir … un de ces 4, quand ce sera prêt à être partagé !)

Partagez !

    Related posts:

    Poster un Commentaire

    1 Commentaire sur "Les 5 questions essentielles (pour un monde meilleur)"

    Notify of

    Sort by:   newest | oldest | most voted
    el yaagoubi
    7 mois 9 jours plus tôt

    Bonsoir, votre blog est vraiment utile, novateur et agréable!

    wpDiscuz