Un livre pour les parents qui aiment se questionner avant de parler 1 commentaire


Voilà un livre que j’étais vraiment pressée de découvrir…

D’une part parce que j’apprécie beaucoup Béatrice Kammerer, fondatrice des Vendredis Intellos et auteure d’articles tjs bien documentés et réfléchis sur Slate et sur sa page personnelle « La pensée buissonnière » (et comment rester insensible au nom de son site ? ;))

Et d’autre part parce que ce livre se propose, non pas de donner une (énième) « recette » de parentalité, mais nous invite à REFLECHIR à ce qui est le mieux pour nous (au lieu de nous dire ce qui est bon pour nous) et qu’il nous donne des BASES pour démonter, un à un, tous les a-prioris, idées préconçues et fausses vérités qui émaillent notre quotidien de parent.

Education créative livre Kammerer

(clic ici pour le voir en ligne)

Toutes ces soit-disant vérités générales et idées, souvent bien-pensantes, qui bouffent notre énergie et notre temps et nous amènent :

1- à d’éternels conflits en famille et/ou entre amis

2- à devoir nous justifier sans cesse, dès que notre façon de faire s’éloigne de la façon de faire « bien vue » du moment

3- à douter un peu trop et un peu trop souvent de ce que nous pensons et de ce que nous faisons en tant que parent

4- et à raconter, somme toute, beaucoup de conn… !! ^-^

Alors plutôt que de vous raconter ce qu’il y a dans le livre en faisant des périphrases, je préfère expliquer pourquoi j’aime ce livre, à partir d’éléments de présentation que Béatrice a écrit sur son site :

*

« Le but principal est de proposer une alternative à 2 grands classiques de la parentalité: d’une part, le livre « mode d’emploi » qui, prétend, à grands renforts d’injonctions infantilisantes, dicter aux parents la recette miraculeuse pour faire le plus beau (et le plus intelligent!) des bébés; et d’autre part, le format plus confidentiel des « anti-manuels » de parentalité et qui tentent de contenir l’attente parentale en matière de ressources en invoquant tantôt « l’instinct » parental, le « lâcher prise » ou la confiance en soi qu’il faudrait « cultiver » (sans qu’on sache vraiment où on peut acheter de l’engrais). En définitive, ces anti-manuels se retrouvent souvent en situation de défendre l’idée frustrante, parfois ésotérique, et souvent déstabilisante qu’en matière de parentalité « la vérité est ailleurs » (insérer ici la musique d’une série populaire des années 1990). »

-> comment pourrais-je faire autrement que d’applaudir des 2 mains et des 2 pieds cette volonté de mettre de la lumière là-dedans en tentant le + difficile exercice qui soit : faire l’équilibre entre le « il faut » et le « bien-pensant-bienveillant » ?

-> ça m’a rappelé mon propre combat pour l’écriture de « Libérons la créativité de nos enfants » et de « La famille buissonnière » = en finir avec d’un côté les livres pratiques d’activité pour enfants, et de l’autre les livres théoriques écrits par des « spécialistes » (psy/éducateur/ »pédagogue »). Moi je voulais faire des livres qui allient LES DEUX, au nom barbare de livres « théorico-pratiques » ! Et avec ma « simple étiquette » de maman qui cogite, qui lit, qui expérimente (avec 2 formidables années de Sciences de l’Education axées pédagogies alternatives, Education Tout au Long de la Vie et introspection, aussi ;)). Je voulais tordre le cou au manque de confiance en soi de tant de parents qui me disaient : « non mais moi je ne peux pas lire… je comprends rien/c’est pas de mon niveau… ». Permettre à ces parents de retrouver confiance en eux. Et ça marche…!

Capture d’écran 2017-03-20 à 11.04.42

*

« Le point de vue défendu dans ce livre est qu’il existe ni une recette unique, ni que chacun doit découvrir la sienne au terme d’un processus initiatique long et douloureux: en réalité, des milliers de recettes éducatives ont déjà été expérimentées et débattues de par le monde et la nôtre (celle qui convient à nous, notre enfant, notre famille) pourrait bien être un hybride en évolution constante de toutes celles là! »

-> non, il n’y a rien de simple en parentalité/éducation, qui ne puisse donc être réglé facilement et rapidement à l’aide d’une « méthode », expérimentée par d’autres. On a trop tendance à confondre compliqué et complexe. Le simple ne doit pas être compliqué, mais il peut (et doit, souvent !) être complexe. Surtout quand il y a de l’humain en jeu. A trop vouloir aller vite et bien, à vouloir revenir à la « simplicité », on vide la simplicité de sa complexité et on se retrouve avec du vide (je crois que ça mériterait une explication détaillée dans un autre article, ça ! ^-^). Et en éducation, ça peut faire beaucoup de dégâts…

-> rien de figé en parentalité/éducation => si vous êtes parents, vous avez du remarquer que vos enfants évoluaient sans cesse ?! Sans rigoler ? On pense avoir trouvé « la bonne façon de faire » et au bout de quelques mois, pouf : ce drôle d’enfant a l’air d’avoir évolué, et notre « bonne façon de faire » ne marche plus bien… C’est fou et c’est parfois trèèèèès énervant : on doit trouver autre chose, nous adapter (encore !!) !

Mais ça paraît pourtant tellement EVIDENT !! Est-ce qu’on garde le même pull pour notre enfant, de 2 à 15 ans ? Non, parce qu’il grandit (=le pull est trop court, trop serré) et qu’en +, ses goûts changent, non mais !? Ben oui… mais alors pourquoi continuons-nous de vouloir appliquer les mêmes méthodes sur nos enfants, en nous énervant quand elles ne fonctionnent plus, sans réaliser qu’elles ne sont tout simplement pas ou plus adaptées, comme pour les pulls ?!

*

« Ce livre est donc né d’une volonté de mettre en circulation les connaissances en éducation/parentalité pour que chacun s’en saisisse au gré de ses besoins: pour s’informer, contester, se rassurer, prendre du recul et pour permettre à tout-e-s de faire les choix qui auront du sens pour lui ou elle, dans sa famille, avec son enfant et son histoire. »

-> comme j’ai introduit dans « La famille buissonnière » nombre de questionnements destinés à être intériorisés pour nourrir l’introspection, il est primordial de (ré)apprendre à questionner, à aller chercher l’info là où elle n’a pas déjà été vidée de sa complexité, là où elle a encore du sens. Ne pas se laisser affaiblir par ce que disent les autres, et surtout ceux qui disent mal, ceux qui raccourcissent trop, ceux qui collent en copiant de travers, ceux qui trahissent…

Nous ne sortons pas de l’usine (quoique, pour l’école… -> autre débat) : nous sommes des êtres humains uniques, créant des synergies uniques les uns avec les autres. Comment imaginer pouvoir tout prendre pour nous, particulièrement en éducation et parentalité, comme s’il s’agissait de kits tout prêts ?

A quand la « box éducation » ? => « Chaque mois, reçois chez toi un nouveau masque de parent parfait ! Ces box suivent les courants de la mode parentale ! Ce mois-ci le masque « parent bienveillant », le mois prochain le masque « parent-un-peu-ferme-quand-même », en mai le masque « parent-confiant » et en décembre, promo sur les masques « parent militaire-pour-son-bien » ! »

17016778_10211138378792140_5143779599796974135_o

*

« Que pourrez-vous y lire?

Des anecdotes amusantes, étonnantes, des faits surprenants, inattendus, de quoi remettre en question nos certitudes et autres idées communes que nous relayons souvent sans plus savoir d’où nous les tenons. »

-> Ca donne tout de suite envie, non ??

Foncez chez votre libraire = en + d’être intelligent, ce livre est facile à lire (= et facile ne veut pas dire vide !). L’écriture est fluide, pleine de petites infos historiques, de questions/devinettes posées au lecteur, et saupoudré d’humour (en tout cas moi j’en y ai vu !).

Je l’ai commencé par la fin, par la partie qui me concerne (vu que d’ici 2 mois je n’aurai plus d’enfants avec un âge à 1 chiffre… #coupdevieux) : « Comment survivre à la Bombe A(dolescence) ». J’étais pressée de confronter MA vision de l’adolescence avec les recherches de Béatrice et Amandine : et j’ai été plutôt satisfaite parce que je ne suis pas seule à penser ce que je pense :)

Juste un petit coup d’oeil, en 1 citation ?

« Mais alors, la crise d’adolescence ne serait-elle pas plutôt une crise parentale ? »

Et pour finir sur un truc qui montre que non, je n’ai pas été payée pour écrire cet article 😀 : il m’a manqué dans cette partie sur l’adolescence la part immense du travail de Georges Lapassage, sur l’immaturité de l’homme : l’adulte n’est pas un être « fini » arrivé à maturité, ce qui implique que le but de l’enfance n’est pas d’amener l’enfant vers cet état « fini »… Il développe également le concept des « entrées dans la vie », dans son livre issu de sa thèse  : « L’entrée dans la vie »
C’est un livre qui mériterait d’être largement + connu, qui a sa place aux côtés des grands classiques du genre, et qui est malheureusement difficilement trouvable d’occasion auj… Perso j’ai trouvé le mien dans un Emmaüs pour 2€ ! Alors si vous arrivez à en trouver un, sautez dessus ! Bref : il aurait eu une belle place dans cette partie (vu que cette idée y est abordée également) :)

l-entree-dans-la-vie-1111914102_ML

***

Partagez !

    Related posts:

    Poster un Commentaire

    1 Commentaire sur "Un livre pour les parents qui aiment se questionner avant de parler"

    Notify of

    Sort by:   newest | oldest | most voted
    lucine
    5 jours 41 minutes plus tôt

    Entendu une chronique dans la tete au carré avec beatrice kammerer , j ai mis le titre du livre dans ma liste ,vous confirmer mon choix

    wpDiscuz