« Changez l’école ! » – Le dernier livre de Ken Robinson 1 commentaire


robinson changez l'école

Commençons par : « ce livre est une petite merveille ». Mais vous allez vous dire que je suis toujours encore subjective dès que je parle de Ken Robinson… Normal : c’est grâce à lui que je suis moi, aujourd’hui, à faire ce que je fais (tenir un blog, écrire des livres, créer des écoles). Ce n’est pas rien ^-^

Tout ça parce qu’un jour de 2010, dans le quotidien lumineux et caniculaire de ma vie de femme d’expat’ à Dubaï, avec 2 minus agrippés à mes jambes, j’ai découvert LE fameux TED « L’école tue la créativité ». Point de départ de mes cogitations autour de l’éducation, de la scolarité, et de la créativité dans tout ça. Je cogitais déjà avant, mais au lieu de continuer à pédaler dans la semoule, je me suis mise à avancer dans une direction à peu près stable.

Moi aussi comme Ken Robinson j’allais écrire des livres sur la créativité ! Moi aussi comme Ken Robinson j’allais changer l’école !

(c’est en route… mais c’est un peu + long et compliqué qu’écrire un livre)

D’ailleurs, je suis OBLIGEE de partager une nouvelle fois THE photo (juin 2015, pour la sortie de son avant-dernier livre) et pour l’histoire de ma vie avec Ken Robinson, c’est par là

11947991_1636748143279536_1145228676100967037_o

(gniiiiii moi, mes petites joues en trop et mon sourire de neuneu intimidée)

*

Bref : de quoi parle ce nouveau livre que j’attendais depuis sa sortie en anglais ?

D’école, et de comment la changer, avec plein d’exemples et d’anecdotes !

– en fait, je fais une petite pause-critique. Mais ce n’est pas très méchant. Le titre original est « Creative Schools », et il a été francisé en « Changez l’école ». Ca m’a chagriné quand j’ai vu ça. Et puis aujourd’hui je me dis que ce titre français, qui ne correspond pas au titre original, est finalement positif car il contient THE message caché : « CHANGEZ l’école ! ». Oui, vous, là… toi, là… et toi aussi : changez l’école, vous le pouvez ! J’ai donc décidé de pardonner à Playbac –

Comme à chaque fois que je présente un livre, je ne vais pas faire de copier-coller ou de paraphrase de la présentation de l’éditeur mais plutôt sélectionner quelques passages, pour vous donner envie de tout lire !

(bon, en même temps il n’y a pas trop de suspens, je suis d’accord avec tout ce qu’il dit)

IMG_20170414_161303949

***

Tout d’abord il commence par quelque chose d’essentiel, et qui nourrit bien des conflits quand ce n’est pas clair : il définit « apprentissage », « éducation », « formation », « école ». Car comment parler sereinement et de façon constructive de concepts derrière lesquels tout le monde ne met pas les mêmes choses ?

Et il arrive vite au problème que je m’évertue à mettre en avant dès que je parle d’école : que la société a créé un « mythe » de l’école et de l’apprentissage (école -> bonnes notes -> bonnes études -> bon travail ->  vie heureuse) et que, tant que l’on ne mettra pas le nez dans cette problématique, qu’on ne repensera pas le système complet de notre modèle éducatif, alors toutes les « réformes » ne seront que des pansements sur une jambe de bois (et bien vermoulue, en +)

« Les politiciens se désespèrent de venir à bout de ces problèmes. Tantôt ils pénalisent les établissements scolaires qui ne sont pas à la hauteur, tantôt ils financent des programmes de mise à niveau pour les remettre sur des rails. Mais les problèmes persistent et empirent à bien des égards, pour la simple raison que la plupart sont causés par le système lui-même » (7)

Il convient donc de distinguer les symptômes des causes… et d’ouvrir les yeux, en haut lieu, sur le caractère industriel de l’éducation publique (si vous ne l’avez pas déjà vu, regardez cette vidéo illustrée de Ken Robinson à ce sujet).

Et de prendre conscience que cette révolution doit s’opérer avec un changement radical dans notre manière de penser, de vivre et de cohabiter ! Comme je l’ai écrit dans « La famille buissonnière », l’école n’est que le reflet de la société qui l’a créée, elle n’est pas un élément qu’on peut prendre indépendamment de tout le reste…

Ken Robinson nous dit donc que nous pouvons être les acteurs de ce changement nécessaire, en ayant intégré 3 éléments de compréhension : 1) une critique de la situation actuelle 2) une vision de ce qu’elle devrait être 3) une théorie du changement pour passer de la 1ère à la 2è.

*

robinson3

*

Ken Robinson s’attaque au « programme » en questionnant ce qui le sous-entend : « que vaut-il la peine de savoir ? ». Ce programme a été, dans de nombreux pays, transformé en « compétences » à acquérir. OK, mais quelles sont les vraies compétences utiles au XXIè ?

Il définit pour sa part 8 aptitudes essentielles que l’école devrait cultiver pour aider les élèves à réussir dans la vie et qui doivent apparaître dès le DEBUT de l’éducation de l’enfant :

  1. Curiosité = apprendre à poser des questions et à explorer le fonctionnement du monde
  2. Créativité = aptitude à générer de nouvelles idées et à les mettre en pratique (que chacun puisse créer sa propre vie)
  3. Pensée critique = aptitude à analyser informations et idées, à développer argumentations et jugements
  4. Communication = aptitude à exprimer pensées et sentiments sous une forme claire et assurée par différents canaux
  5. Collaboration = aptitude à travailler de manière constructive avec d’autres personnes
  6. Compassion = aptitude à comprendre ce que ressentent les autres et à agir en conséquence
  7. Sérénité = aptitude à se connecter à sa vie intérieure et à éprouver une sensation d’harmonie et d’équilibre (nous vivons dans 2 mondes : le monde intérieur et l’extérieur ; et l’école ne se réfère qu’au monde extérieur)
  8. Civisme = aptitude à s’impliquer de façon constructive dans la société

Pour les fans de Star Wars on pourrait le retenir par les « 6C-SP » (remarque assez superficielle)

Pour le civisme, j’ai envie de faire 2 citations :

« L’instruction civique ne vise pas à promouvoir le conformisme et le statu quo. Elle a pour rôle de prôner l’égalité des droits, l’acception des différences d’opinion et la nécessité de parvenir à un juste milieu entre les libertés individuelles et les droits d’autrui à vivre en paix. »

« John Dewey a dit : « La démocratie doit renaître à chaque génération, et l’éducation en est la sage-femme »

robinson4

*

Le cheval de bataille de Ken Robinson a tjs été de changer l’école publique telle qu’elle existe : il présente donc de multiples innovations découvertes dans des établissements publics d’Angleterre et des Etats-Unis principalement. Mais innover au sein du système public ET créer des écoles alternatives sont évidemment complémentaires. Je me suis battue avec l’Ecole Dynamique pour le faire comprendre : la révolution en profondeur viendra de la base, de nous (parents, enseignants, passionnés d’éducation), au sein du public ET au sein de structures hors contrat, et donc forcément « privées ». Ce n’est pas et ne doit PAS être un combat de l’un contre l’autre : il y a suffisamment de place pour tous et d’énergie pour faire les 2. Le but n’est pas de « gagner » contre l’autre, mais de permettre aux parents de trouver la structure éducative la proche de leurs valeurs et donc de pouvoir offrir un vaste choix !

Comme le dit Ken Robinson, à chacun de trouver sa place et son combat : « vous avez 3 possibilité : opérer des changements au sein du système, exercer des pressions pour tenter de modifier le système, ou prendre des initiatives en dehors du système » (11)

D’ailleurs les valeurs sont les mêmes : « La révolution que je préconise repose sur des principes qui n’ont rien à voir avec la standardisation. Elle se fonde sur la foi en valeur de l’individu, le droit à l’autodétermination, notre capacité à évoluer et à mener une vie épanouie, et l’importance de la responsabilité civique et du respect des autres. (…) l’éducation vise à permettre aux élèves de comprendre le monde qui les entoure et les talents qui sont en eux, de manière à devenir des individus épanouis et des citoyens actifs et empathiques » (10)

C’est beau, non ? Mettons-le en oeuvre !

*

1 seconde critique (sur la forme) : je n’aime pas la présentation des écoles françaises présentées dans la dernière partie : pas de liste ou carte, juste les écoles citées les unes après les autres (les directrices/eurs ont répondu aux mêmes questions), sans séparation. Du coup, c’est difficilement lisible, on s’y perd.

Et 1 question qui restera surement sans réponse : pourquoi ne pas avoir mis 1 école démocratique ? L’Ecole de la Croisée des chemins et l’Ecole Dynamique était ouvertes lors de la préparation de la version du livre et nous avions eu l’occasion d’en discuter avec Playbac lors de la journée Ken Robinson. Ce n’est pas une question de recul puisqu’est présenté le cours Ozanam, créé en 2014 comme la Croisée des chemins. Donc pourquoi… ?

(je précise que même si Ken Robinson consacre 6 pages aux écoles démocratiques dans le livre, je ne sais pas si des écoles démocratiques anglosaxonnes étaient présentées dans la version originale)

robinson5

*

Pour le reste, je vous laisse le plaisir de lire et de découvrir les multiples histoires racontées par Ken Robinson et Lou Aronica :)

Et ceci est une très bonne introduction au moment où je vais enfin présenter mon nouveau projet d’école ! :)

Partagez !

    Related posts:

    Poster un Commentaire

    1 Commentaire sur "« Changez l’école ! » – Le dernier livre de Ken Robinson"

    Notify of

    Sort by:   newest | oldest | most voted
    Julie
    5 mois 7 jours plus tôt

    Bonjour,
    Ce livre a l’air intéressant. Sur le blog des Vendredis intellos, il y a un article reprenant un extrait d’un futur (?) documentaire de Michael Moore sur l’école en Finlande. Je n’ai pas creusé le sujet mais il y aurait seulement 2, 3 heures d’enseignement par jour, avec pas de devoir le soir (ou seulement 10 minutes) et myriade d’activités proposées (cuisine, menuiserie,…). Hâte d’en savoir plus.
    Je profite de ce court message pour vous remercier pour vos articles qui m’ont souvent éclairée.

    wpDiscuz